mémoire de poisson rouge

Publié le par Eric Rouxel

Un objet trouvé c'est dans 50% des cas un objet perdu. et bien voilà ce qui a bien faillit arriver avec ce blog: perdu, enfin, d'abord oublié, flême, manque d'envie, rien à dire puisque surtout rien trouvé. Et hier voilà enfin un objet un peu marrant qui m'a semblé digne d'être ramassé (malgré le mal de dos que le récent déménagement d'un ami à déclenché et qui refuse de me quitter depuis 8 jours). Bref un truc, une petite roue bois dentellée avec des tampons en caoutchouc collés sur la tranche. Un "NUMEROTEUR UNIVERSEL", nom d'un autre age, d'une époque ou n'importe quel industriel de Londres, Paris, Berlin ou Laval, pensait qu'un objet qui pouvait être utiliser sur plus de cent machines produites dans les mêmes villes, acquérait de ce fait une valeur UNIVERSELLE, (l'univers étant à l'époque limité à quelques métropoles et d'obscurs territoires coloniaux néanmoins équipés des mêmes machines). 

Bref une vraie découverte qui méritait sa place dans le blog que quelques mois plus tôt je m'étais promis "d'entretenir". Mais voilà ! je rentre chez moi, je me connecte, et là... rien, aucun souvenir du nom de mon blog, mes paramètres de connection, encore moins. Heureusement, google. Je tape mon nom et en première page, tout en haut, mon petit blog référencé en tête par le monstre sacré de la recherche en ligne ! restait plus qu'à retrouver les paramètres de connection (je vous passe les détails de ces longs moments d'angoisses). Et enfin m'y voilà tapant ces lignes sur le "numéroteur universel" pour d'improbables et inconnus visiteurs.

Ah! j'allais oublié, les conditions de la découverte, je m'étais engagé à en tenir le journal. pour que ça soit trouvé il faut que ça soit fortuit, donc j'évite au maximum de considérer les objets découverts en fouillant les poubelles bien que celà m'arrive. Pour celui là je n'ai pas eu à tricher. il était environ deux heures du matin, je sortais d'un bar, où je m'étais concocter la gueule de bois d'aujourd'hui, et passant à côté d'un tas de poubelles déjà visitées  (pourquoi j'y ai fais attention? ça???) je vois, posé à champ sur le conteur électrique contre lequel les sacs, visiblement saouls eux aussi, s'appuyaient, ce petit disque de bois que j'ai d'abord pris pour un jouet. et voilà, ramassé, scanné je le livre à mon inventaire que je tenterais de faire mieux vivre dès lors.

Publié dans objets-trouves

Commenter cet article